Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Automutilation (ou scarification psychologique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
mariamélie
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2756
Age : 28
Localisation : Perdue...
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Sam 9 Fév 2008 - 2:46


  • Définition

Le terme « automutilation » est sujet à débat dans la mesure où il définit une multitude de comportements à la gravité et à la finalité variable, certains impliquant une mutilation irréversible et d’autres une blessure corporelle restant plusieurs dizaines de minutes. Dans tous les cas, les blessures sont infligées seul, sans l’intervention d’un tiers. L’automutilation est listée par le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (en anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ou DSM-IV) comme un symptôme du trouble de la personnalité borderline et elle est parfois associée à d’autres troubles psychopathologiques tels que la dépression ou les troubles du comportement alimentaire.

La méthode d’automutilation la plus utilisée est de se couper, mais ce n’est pas la seule et la définition inclut aussi les coups, les brûlures, les éraflures, les morsures, et bien d’autres atteintes corporelles infligées à soi-même.

Au contraire, on ne peut pas parler d’automutilation si la personne qui se blesse le fait dans un but esthétique, sexuel (masochisme), social (rituels d’acceptation dans certaines sociétés, mode), religieux ou spirituel, car les blessures infligées ne sont alors pas considérées comme des dégradations corporelles.



  • Facteurs de risque

Un certain nombre de facteurs sociaux ou psychologiques ont une corrélation avec l’automutilation.

Les diagnostics généralement associés à l’automutilation sont la dépression et le trouble de la personnalité borderline. On remarque également que les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire, de troubles obsessionnels compulsifs, de phobies, de toxicomanie et les personnes ayant des tendances suicidaires sont considérées comme ayant un risque élevé de recourir à l’automutilation. Des formes particulières d'automutilation, souvent plus graves, sont associées à l'autisme et à certaines psychoses.

Les situations de guerre ou d’emprisonnement sont aussi des facteurs de risque majeurs.

Les causes de l’automutilation sont difficiles à déterminer et varient largement d’une personne à l’autre. On note tout de même deux facteurs principaux, mais loin d’être systématiques : les abus sexuels et les invalidations (être critiqué ouvertement, ne pas avoir été encouragé, avoir été souffre-douleur ou tout autre comportement nuisant directement à l’estime de soi).

Les personnes touchées par l’automutilation représentent 0,2 à 2,4% de la population et sont principalement des filles (dans 67 à 97% des cas selon les études), adolescentes ou jeunes adultes. Malgré le nombre relativement élevé de personnes concernées, peu d’informations francophones pertinentes sont disponibles sur ce sujet.


  • Psychologie

Les personnes qui s’automutilent le font généralement pour mettre fin à des sentiments qui leur sont trop intenses. Il peut s’agir de tristesse, d’angoisse, de colère, de culpabilité, (la blessure est alors souvent infligée comme punition) ou même de sentiments positifs.

La sensation de vide, de perdition et de solitude -parfois conséquence de la dissociation- peut aussi mener à l’automutilation, qui a alors pour but de « ramener à la réalité ».

Ce comportement peut amener à une addiction et la blessure devient alors la réponse immédiate et logique à une situation difficile psychologiquement. L’automutilation a d’ailleurs été classée dans les troubles addictifs en 2006.

Certaines personnes s’infligeant volontairement des blessures ne ressentent que peu voire aucune douleur (couramment dans les cas de dissociation).

Les cicatrices qui peuvent résulter de l’automutilation ne sont que rarement recherchées. Elles finissent le plus souvent par être acceptées comme une preuve de ce qui a été vécu et surmonté, un souvenir.

Se blesser volontairement est un comportement qui, loin d’être anodin,
est généralement révélateur d’un profond mal être. Dans la mesure où ce
comportement aide à surmonter certaines situations ou un quotidien
considéré comme trop dur à supporter et permet de retrouver un certain
apaisement, un contrôle de soi, il peut devenir une addiction dont il
est difficile de sortir ; pour beaucoup de personnes s’installe un
phénomène comparable à l’accoutumance, avec une augmentation du nombre,
de la fréquence ou de la gravité des blessures.


  • Traitements

Assez souvent, on remarque que les personnes qui s’automutilent ont des difficultés à reconnaître, à gérer et à exprimer certains sentiments autrement que par des blessures corporelles. Une première étape peut donc consister à prendre conscience de son mal être et à l’exprimer d’une façon non destructrice, par exemple par l’écrit ou par la parole.

Les proches d’une personne qui s’automutile peuvent agir en étant disponible et à l’écoute, en instaurant une confiance réciproque, en proposant leur aide sans insister mais de manière suivie. Il est essentiel pour les proches d’apporter leur soutien sans juger la personne qui se blesse, sans l’obliger à montrer ses blessures ou la punir en cas de rechute.

Le recours à une aide psychologique est généralement nécessaire. Trouver la thérapie et le psychologue ou le psychiatre qui conviennent peut demander du temps et plusieurs changements. Les traitements médicamenteux sont une aide ponctuelle réduisant le mal être, la fatigue et les tendances suicidaires dans bien des cas mais ne résolvent pas les problèmes à l’origine de l’automutilation.

Les rechutes sont fréquentes, les progrès sont souvent lents et effectués « en arrière plan » mais cependant bien réels. Se blesser moins souvent, moins gravement, avoir recours à des méthodes de substitution à l’acte d’automutilation (par exemple dessiner des coupures sur soi ; verser un liquide rouge à l’endroit où l’on a envie de se blesser ; serrer des glaçons dans ses mains) est à considérer comme un progrès significatif. En finir de façon définitive avec l’automutilation demande beaucoup de volonté, or la volonté des personnes qui en souffrent est souvent annihilée par un trouble dépressif. L’automutilation représente l’aspect spectaculaire d’un profond mal-être ; résoudre le problème de l’acte d’automutilation sans comprendre le problème de fond n’est généralement pas suffisant et ne mène alors qu’à le remplacer par d’autres comportements autodestructeurs.


Source: Wikipédia

_______________________________
Je vis avec mes émotions. Je suis ce que je ressens. Je vis au travers, à travers. Le coeur au bord des lèvres et les nerfs à fleur de peau. Je pleure la misère du monde à 8H et saute de joie à 9H. Enfant intérieur trop présent... dans un monde qui ne laisse pas de place à l'insouciance. Je porte mes chaines, et j'avance quand même... et je découvre que le chemin n'est pas tracé.©


"C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un." (Marcel Jouhandeau)

Revenir en haut Aller en bas
http://agoraforum.positifforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: c'est vrai   Dim 23 Mar 2008 - 15:26

moi je l'ai fait car jétais au plus mal et j'ai eu l'impression de ne pas être compris. J'étais tellement triste que j'ai pris le siceau et que je me suis griffer avec la lame. Aprés je me suis sentie mieux et j'ai donc recommencer quand je me suis senti mal. Mais à la deusieme fois je me suis dit la j'ai un probléme et j'ai tout racontée à ma grand -mére qui m'a desuite aidée et surveillée. Aujourd'hui je ne le fais plus même si des fois je suis tentée je résiste facilement
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Sam 29 Nov 2008 - 21:23

Moi aussi je me suis automutilée pendant 2 ans lors de grande crise où je ne contrôlé plus rien, mon seul échappatoire était de me faire mal je ressentais un grand soulagement mais seulement sur le fait.

Cela fait plus d'un an que je ne l'ai pas fait, parfois l'envie m'en prends mais quand je me rappelle des conséquence l'envie m'en passe très vite!
Ne jamais commencé cela agit comme une drogue!

:)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Sam 29 Nov 2008 - 22:04

Merci pour ce sujet.

Moi même je me suis mutilée pendant pas mal d'année, c'était pour moi la seule façon de faire sortir ma souffrance psychologique, que je transformais en souffrance physique. Sur le moment, on se sent mieux, mais évidemment on recommence encore et toujours, et surtout de plus en plus, c'est comme une drogue.

J'ai rechuté plusieurs fois, mais à chaque fois ça n'a pas duré, c'était une ou deux fois comme ça, pour me sentir mieux, mais il faut dire que j'y pense souvent.

D'ailleurs j'ai une question pour les personnes qui sont passées par là. Aujourd'hui, comment vous sentez-vous par rapport à ça ? Je veux dire par là, est-ce que vous y pensez ? A quelle fréquence ? Avez-vous rechutez ? Finalement c'est pas une, mais plusieurs questions !!!

Nymphetamine
Revenir en haut Aller en bas
mariamélie
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2756
Age : 28
Localisation : Perdue...
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Sam 29 Nov 2008 - 22:39

Moi aussi ça m'est déjà arrivé Embarassed
J'ai honte car avant que je traverse cette période là quand j'entendais parler d'automutilation je ne comprenais vraiment pas comment on pouvait en arriver là, je ne comprenais pas le geste...

Résultat je garde de bonnes grosses cicatrices, sur les bras ça ne se voit pas trop mais sur les cuisses si.
J'ai eu la visite médicale du travail mercredi résultat je n'ai pas échappé à la question: c'est vous ça?
J'ai dit un petit: "oui c quand j'allais pas bien"
sans commentaires...

Pour te répondre
Aujourd'hui, comment vous sentez-vous par rapport à ça ?
J'ai honte

Je veux dire par là, est-ce que vous y pensez ?
Quand je vais pas bien des fois oui je pense à me recouper, juste pour le soulagement que ça apporte. Mais je ne le fais pas, sauf exeption.

A quelle fréquence ? Avez-vous rechutez ?
Je ne me suis jamais coupé à une fréquence particulière, genre tous les jours, avec un rituel...etc
C'est resté épisodique mais à chaque fois c'était pas mal de coupures et certaines profondes.
La dernière fois c'était y'a pas trop longtemps Embarassed 1 mois 1/2 je crois, mon ami ne me donnait plus de nouvelles, il allait mal alors j'ai cogité à mort et j'ai cru qu'il s'était suicider, ne supportant pas cette idée j'ai fait n'importe quoi et je me suis infligé une trentaine de coupures :gh'':
Au final j'avais de quoi m'inquiéter, il avait pris plein de somnifères et avait dormi pendant plusieurs jours.
Voilà c'était là la dernière fois, sinon ça reste assez rare. :frousse: drunken

_______________________________
Je vis avec mes émotions. Je suis ce que je ressens. Je vis au travers, à travers. Le coeur au bord des lèvres et les nerfs à fleur de peau. Je pleure la misère du monde à 8H et saute de joie à 9H. Enfant intérieur trop présent... dans un monde qui ne laisse pas de place à l'insouciance. Je porte mes chaines, et j'avance quand même... et je découvre que le chemin n'est pas tracé.©


"C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un." (Marcel Jouhandeau)

Revenir en haut Aller en bas
http://agoraforum.positifforum.com
mariamélie
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2756
Age : 28
Localisation : Perdue...
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Sam 29 Nov 2008 - 22:42

Je voulais ajouter que en tant que boulimique partielle, c'est souvent associé d'après ce que j'ai pu lire avec les troubles alimentaires, le rejet de son corps quoi.
C'est souvent quand j'arrivais à me sortir de la boulimie que j'avais plus tendance à chuter dans l'automutilation.

Bref, c'est assez compliqué tout ça, moi même je ne comprend pas comment j'en arrive là parfois, comment j'en suis arrivé là...

_______________________________
Je vis avec mes émotions. Je suis ce que je ressens. Je vis au travers, à travers. Le coeur au bord des lèvres et les nerfs à fleur de peau. Je pleure la misère du monde à 8H et saute de joie à 9H. Enfant intérieur trop présent... dans un monde qui ne laisse pas de place à l'insouciance. Je porte mes chaines, et j'avance quand même... et je découvre que le chemin n'est pas tracé.©


"C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un." (Marcel Jouhandeau)

Revenir en haut Aller en bas
http://agoraforum.positifforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 30 Nov 2008 - 2:23

Merci pour ton petit mot Marimilie dans ta signature.

Je ne sais pas s'il faut avoir honte de ce passage dans la vie, personnellement je n'en ai pas honte, pourtant j'en ai eu honte pendant tout le temps ou je le faisais, je m'étais toujours un avant bras en tissu dessus disant à mes grands-parents que c'était la mode des jeunes !!! dormir1

J'ai moi aussi des marques sur le bras gauche, mais avec les années elles sont très blanches, d'autant que ma peau est vraiment blanche ça ne se voit pas plus que ça au final. Ensuite sur les cuisses je n'ai aucune marque, d'ailleurs lorsque j'ai recommencé par la suite, je les ai toujours faites sur la cuisse.

Lorsque je disais à quelle fréquence, c'était plus pour le fait d'y penser. Par période, lorsque je vais vraiment mal j'y pense très souvent, de plus en plus chaque jour. En ce moment j'y pense au moins une fois par jour, tellement j'ai mal psychologiquement.

Tu sais moi aussi je me demandais comment on pouvait en arriver là, je me disais même que les gens qui faisaient ça été stupide, j'avais 12 ans quand je pensais ça. Puis finalement moi aussi je suis tombée dedans. C'est comme la drogue, avant mon passage à vide dans cette addiction, je trouvais ça aussi stupide. Mais bon...

A ce qu'on dit oui c'est associé (ou ça peut l'être) au trouble alimentaire, comme à la dépression, à l'état suicidaire. Mais quand tu as tout en même temps tu ne sais plus trop à quoi s'est lié, si ce n'est à tout finalement.
Revenir en haut Aller en bas
mariamélie
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2756
Age : 28
Localisation : Perdue...
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 30 Nov 2008 - 14:27

Citation :
Tu sais moi aussi je me demandais comment on pouvait en arriver là, je me disais même que les gens qui faisaient ça été stupide
Je pensais exactement la même chose... et je pense que des gens pensent ça de nous surement...

Citation :
Mais quand tu as tout en même temps tu ne sais plus trop à quoi s'est lié, si ce n'est à tout finalement.
Moi j'ai été diagnostiqué personnalité borderline en avril, ça m'a rassuré dans le sens où je me suis dit: ben voilà j'ai ça je suis pas folle.
C'est vrai que quand il y a boulimie+automutilation généralement les medecins pensent "borderline" (le trouble de personnalité borderline)

_______________________________
Je vis avec mes émotions. Je suis ce que je ressens. Je vis au travers, à travers. Le coeur au bord des lèvres et les nerfs à fleur de peau. Je pleure la misère du monde à 8H et saute de joie à 9H. Enfant intérieur trop présent... dans un monde qui ne laisse pas de place à l'insouciance. Je porte mes chaines, et j'avance quand même... et je découvre que le chemin n'est pas tracé.©


"C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un." (Marcel Jouhandeau)

Revenir en haut Aller en bas
http://agoraforum.positifforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 30 Nov 2008 - 14:44

A mon tour je réponds à tes questions :)

Aujourd'hui, comment vous sentez-vous par rapport à ça ?

Hum je me sens bien, disons que je sais (ou essaye de m'en persuadé) que je ne le referais plus, je ne me suis jamais coupé profondément sur mes avant bras il reste quelques marques qui ressortent quand je suis au soleil! Mais j'ai eu une mauvaise manie, de me gratter sur les mains jusqu'à la chair qui me laisse des marques très moches!!


Je veux dire par là, est-ce que vous y pensez ? A quelle fréquence ?

Je t'avoue que j'y pense plusieurs fois par jour les jours où je ne suis pas trop bien, je me vois me trancher les poignées :ri/: ou pire penser à mon suicide tout cela dans les mauvais jours!

Avez-vous rechutez ?

Non pas depuis plus d'un an voir deux je ne sais plus exactement :first: j'en suis fière mais je reste marquée et me refait pensé à ses mauvaises périodes.


D'ailleurs aujourd'hui je suis presque (je cherche le mot roo) intolérante fasse à ça emopeur j'en ai tellement souffert que je ne comprends plus vraiment les gens qu'ils sont ça, je parle d'en mon entourage j'ai déjà vu une amie avoir des marques alors qu'elle savait très bien ce que j'ai vécu par rapport à ça et je l'ai très mal pris!!!

J'espère que toutes les personnes qui s'automutilent s'en sortiront :super:


Bizoux :(v)..:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 30 Nov 2008 - 20:59

marimilie a écrit:
Citation :
Tu sais moi aussi je me demandais comment on pouvait en arriver là, je me disais même que les gens qui faisaient ça été stupide
Je pensais exactement la même chose... et je pense que des gens pensent ça de nous surement...

Et aujourd'hui je me pose toujours la question, car je ne sais toujours pas comment j'en suis arrivée là. Je me souviens juste que la première fois que j'ai fait ça, j'ai pété un câble, j'ai éclaté un verre au sol, j'ai pris le pointu des bouts de verre et j'ai commencé comme ça. Je ne sais absolument pas ce qui m'a pris, car après je me souviens avoir été tétanisée par rapport à mon acte. Mais je ne me permettrais jamais de juger les gens qui ont fait ça ou qui le font, je me dis juste que c'est vraiment dangereux par contre.

Chanon,

Moi aussi je me persuade que c'est du passé, que je ne recommencerais pas, mais pourtant j'ai recraqué quelque fois, mais pas longtemps, pourtant par moment j'y pense de façon obsessionnelle, des fois je revois même des scènes.

Oui moi aussi j'espère que les personnes qui se mutilent s'en sortiront.
Revenir en haut Aller en bas
marion
Super-Administratrice
Super-Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4812
Age : 33
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Sam 28 Fév 2009 - 21:07

salut

au moment de l'adolescence jai fait pas mal d'automutilation, faisant des coupure au cutter sur tout mon avant bras gauche.

J'en ai encore honte maintenant, et quand je regarde mon bras , je voudrai que ces cicatrices disparaissent. Je les ai longtemps camouflées sous des pull en été, des manches longues.
J'ai aussi souffert de troubles alimentaires, boulimie-anorexie. J'en souffre encore et je me bas aussi contre ces troubles.

Je ne sais pas si ça peut etre considéré comme, mais à une époque, je prenais 6 xanax pour pouvoir dormir, planer, histoire de penser à rien. L'automutilation , la boulimie, l'anorexie, ce fut une dure période, de mes 12 ans jusqu'à 19 ans.

Et effectivement, enfant, j'ai subit les moqueries des autre, j'été rejetée, la cause, ma timidité maladive, j'été incapable de parler à qui que ce soit, je rougissais, bégayais, quand on a 4 ans, on n'est pas tendre, et ça a duré des années, jusqu'à ce que je trouve refuge dans ma destruction je pense. Suivi d'une epoque ultra agressive.

Et me revoilà faisant un roman!!! heu Mais ça fait du bien de se libérer de tout ca.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Sam 28 Fév 2009 - 23:45

Salut marion.

C'est triste d'en arriver là et c'est un témoignange trés triste.
Tu as commencé à quel âge de te faire ça et qu'est-ce que tu souhaitais et qu'est-ce que tu éprouvais? J'ai toujours trouvé ça étrange de, quand on souffre, se faire souffrir encore. Pourquoi en arriver là?
Revenir en haut Aller en bas
marion
Super-Administratrice
Super-Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4812
Age : 33
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 1 Mar 2009 - 0:21

Pour l'automutilation, je le faisais quand ça me faisait trop mal à l'intérieur, une douleur atroce, comme si mon coeur allait éclater, comme si il fallait que je la fasse "sortir".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 1 Mar 2009 - 1:47

L'automutilation, combien de fois j'aurai voulu le faire? de nombreuses fois, mais je n'ai jamais pu, j'ai tout simplement pensé à la tristesse que celà causerait à ma mère, de me voir ainsi, je pense que ça la détruirait.
Revenir en haut Aller en bas
mariamélie
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2756
Age : 28
Localisation : Perdue...
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 1 Mar 2009 - 10:32

Citation :
J'ai toujours trouvé ça étrange de, quand on souffre, se faire souffrir encore. Pourquoi en arriver là?
Justement c'est un moyen d'expression de la souffrance, comme quand tu as tellement mal quelque part que tu te pinces ailleurs pour oublier l'autre douleur. Là c'est pareil. La douleur intérieure est trop insupportable et seule une autre douleur peut la soulager rapidement.
Le soucis c'est que ça laisse des marques, et ça ne résout bien sur pas le fond du problème...

_______________________________
Je vis avec mes émotions. Je suis ce que je ressens. Je vis au travers, à travers. Le coeur au bord des lèvres et les nerfs à fleur de peau. Je pleure la misère du monde à 8H et saute de joie à 9H. Enfant intérieur trop présent... dans un monde qui ne laisse pas de place à l'insouciance. Je porte mes chaines, et j'avance quand même... et je découvre que le chemin n'est pas tracé.©


"C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un." (Marcel Jouhandeau)

Revenir en haut Aller en bas
http://agoraforum.positifforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 1 Mar 2009 - 15:13

Je comprends bien. Bien sûr, sans le vivre, je ne saurai jamais vraiment totalement ce que vous éprouvez. N'y a-t-il pas d'autres moyens pour éviter ces mutilations? L'écriture, la peinture, la danse, ou tout autre moyen d'expression ou de défoulement de cette énergie?
Revenir en haut Aller en bas
mariamélie
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2756
Age : 28
Localisation : Perdue...
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Dim 1 Mar 2009 - 17:20

Ben Ecureuil ça se manifeste par "crise" un peu comme les crises de boulimie ou autre. C'est sous le domaine de l'impulsion. Et franchement, pendant la "crise" t'as pas franchement envie d'aller danser ou de peindre...
Mais oui il existe des alternatives: Cliquez ici
:tchao:

_______________________________
Je vis avec mes émotions. Je suis ce que je ressens. Je vis au travers, à travers. Le coeur au bord des lèvres et les nerfs à fleur de peau. Je pleure la misère du monde à 8H et saute de joie à 9H. Enfant intérieur trop présent... dans un monde qui ne laisse pas de place à l'insouciance. Je porte mes chaines, et j'avance quand même... et je découvre que le chemin n'est pas tracé.©


"C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un." (Marcel Jouhandeau)

Revenir en haut Aller en bas
http://agoraforum.positifforum.com
Panique62
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3524
Age : 44
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 14:52

l'automutilation je connais depuis pas mal d'années, j'ai commencée vers 16 ans je sais plus trop avec des lames de rasoirs !! je m'infligeais ça pratiquement tout les jours sur les bras, j'essayais pas d'écrire un mot ou un sigle je coupais c'est tout
ily a des cicatrices que l'on voit encore 20 ans après,

malheureusement, je pratique encore pas plus tard qu'hier, sa m'enlève de la culpabilité, de la douleur, mais surtout je me punis, c'est con mais c'est mon sentiment

Je voudrai bien arrêter mais les crises sont tellement violentes que je n'y arrive pas, alors dés fois je me claque la tête contre un mûr

A quoi ça sert ? à rien si des cicatrices et au bout du compte tu vas pas mieux
Revenir en haut Aller en bas
Panique62
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3524
Age : 44
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 15:21

Ah oui aussi le pushing-ball a tenu 1/4 d'heure, explosé le truc !!!

je sais pas si c'est moi qui est trop de forces ou si le pushing valait rien mais une chose est sûre c'est que lors de crises d'automutilation les forces sont multipliées !!!
pour moi en tout cas !!!

Revenir en haut Aller en bas
elvire
Super Modératrice
Super Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4362
Date d'inscription : 24/11/2010

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 15:54

Va falloir trouver du plus solide genre ring de boxe.

bienv009
Revenir en haut Aller en bas
Panique62
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3524
Age : 44
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 15:57

ouais un ring en plein milieu du salon !!!!
cool la déco !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Azia
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5211
Localisation : Dans mon pull
Date d'inscription : 08/12/2010

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 16:04

tu as deja essayer la boxe ?
Revenir en haut Aller en bas
Panique62
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3524
Age : 44
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 16:06

non jamais
Revenir en haut Aller en bas
Panique62
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3524
Age : 44
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 16:11

tu crois que ça me ferai du bien ??

Je sais pas j'aurai tellement peur de faire mal à la personne en face que je n'oserai même pas taper !!!!


Revenir en haut Aller en bas
Azia
Agora' accroc
Agora' accroc
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5211
Localisation : Dans mon pull
Date d'inscription : 08/12/2010

MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   Mer 6 Juil 2011 - 16:22

tu pourrais peut etre essayer ? on sait jamais Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Automutilation (ou scarification psychologique)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Automutilation (ou scarification psychologique)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'Automutilation (ou scarification psychologique)
» L’hypothèse socio-psychologique
» Etre végétarien : un signe de trouble psychologique!!
» approche psychologique des écrivains de la bible
» Le physique et le psychologique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide :: Agoraforum :: Forum Psychologie-
Sauter vers: