Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les complications évolutives de la phobie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Avez-vous souffert de dépression, d'alcoolisation, de médication ?
 - oui, j'ai déjà fait des dépressions avec soucis d'alcool ou/et de médicaments
 - oui j'ai fait une/des dépression(s)
 - oui, j'ai connu des soucis d'alcoolisation
 - oui, j'ai connu des soucis de médication
 - non, je ne me reconnaît pas dans cette situation.
Voir les résultats
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les complications évolutives de la phobie   Dim 15 Aoû 2010 - 11:41

Si cela vous intéresse, j'aimerai lancer un sujet de discussion sur les complications que nous avons rencontré à la suite de nos phobies.

Ne trouvez-vous pas que tout cela est une spirale infernale : phobie, anxiété / dépression / alcool / médication ?

Ces éléments s'entraînent : la dépression peut amener à l'alcoolisation,
l'alcoolisation est un "dépresseur", l'anxiété générée par les phobies peut amener à l'alcoolisation, la phobie peut amener à la dépression...


Je ne suis pas alarmiste non plus .

Cependant, j'ai connu des dépressions majeures inexpliquées à l'époque et maintenant je sais pourquoi. L'alcoolisation aussi, sans être tombée dans un alcoolisme maladif j'avoue que "boire pour affronter" "boire pour oublier" sont des choses qui me parlent.
Enfin, la médication et l'addiction aussi.

Au bout du compte, savoir que notre anxiété peut nous entraîner dans ces rouages peut permettre à certains d'entre nous, d'anticiper et d'éviter ce genre de situation par l'information et le dialogue.


______________________________________


"L'alcoolisme et les troubles dépressifs sont des complications évolutives fréquentes en cas de phobie sociale (plus encore que pour l'agoraphobie), la dépression s'accompagnant d'un risque suicidaire particulièrement élevé. Il existe un fort taux de célibat chez les patients, surtout lorsqu'ils présentent un personnalité évitante associée"

(Psychiatrie de l'adulte par Thérèse Lempérière)

Dépression
: http://agoraforum.positifforum.com/forum-psychologie-f29/la-depression-t187.htm

Test de dépression de Bach (cognitiviste) :
http://psychomedia.qc.ca/tests/beck
Test de dépression de Hamilton : http://www.psychomedia.qc.ca/tests/hamilton


Alcoolisation
: http://agoraforum.positifforum.com/bibliotheque-f16/these-phobie-sociale-et-alcoolisation-t2498.htm?highlight=alcoolisation

Test :
http://www.e-sante.fr/alcool-relations-alcool-T_422-96-6.htm
Test : http://www.e-sante.fr/alcool-relation-alcool-T_513-96-6.htm

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les complications évolutives de la phobie   Dim 15 Aoû 2010 - 14:28

Coucou Pseudo, je ne comprends pas bien quand tu dis "soucies de médicamentasion"

:oops: tu veux dire prendre des AD par exemple ?

Bisous et courage à toi calin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les complications évolutives de la phobie   Dim 15 Aoû 2010 - 15:47

Je sais pas si c'est la phobie en elle même qui amène des épisodes dépressifs. Sans compter que bien souvent, la phobie arrive alors qu'on est déjà dans un état dépressif. Ce que je veux dire c'est que bien souvent il m'arrivait de mettre la dépression sur le compte de la phobie.
Mais en travaillant sur les émotions que je peux ressentir lors de ces passages dépressifs je m'aperçois alors que la dépression a bien souvent d'autres origines qui sont parfois les mêmes que la phobie. La dépression alors, de la même manière que la phobie, nous alerte, nous donne conscience de ces peurs.

Pour l'alcool, je n'ai jamais sombré là dedans, et je ne bois quasiment jamais. Etant toujours dans un contrôle permanent, je vois plus l'alcool comme quelquechose d'angoissant, me faisait perdre ce contrôle de moi même et bien souvent source de déréalisation.

Quand à la médication, je n'ai pris des anti dépresseurs que lors de ma TCC, qui a duré près de 3 ans. Et c'était plus par les recommendations de mon psy et de l'aide que cela pouvait avoir apporté à ses autres patients, que par une réelle volonté personnelle.

Du coup pseudo j'ai l'impression qu'aucune case de ton sondage me correspond .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les complications évolutives de la phobie   Dim 15 Aoû 2010 - 16:55

Makalili, concernant la médication, c'est surtout les abus que l'on fait lorsque l'on est mal. Augmenter les doses pour être mieux par exemple. En gros, se servir des médicaments comme un exutoire.

______________________________________________________________


Ombre
, tant mieux si tu ne te retrouves pas dans le sondage !
La dépression engendrée par la phobie est due à notre "anxiété généralisée" mais aussi à l'enfermement qui nous isole socialement et professionnellement.

Prendre toujours sur soi, tout maîtriser à un moment donné les nerfs craquent. Et ne pas sortir, ne pas bosser, être coupé des autres est aussi un facteur qui engendre une déprime.

Mais tu as raison de dire que ce n'est pas la phobie sociale ou l'agoraphobie qui est seule responsable. Cependant, être constamment en anxiété prépare plus facilement le terrain à la dépression.

Enfin, l'important lorsque l'on est dans dépression c'est de s'occuper de deux choses : la dépression en elle-même et attaquer aussi nos phobies. Car lorsque l'on arrive chez un médecin en dépression, on a du mal déjà, vu notre état, à être objectif. On est dans le mal être, on cherche des raisons et on en a souvent. Mais la fragilité de notre état émotionnel est aussi à prendre en compte.

Si je regarde en arrière, j'ai fait 6 dépressions lourdes. A l'époque, je cherchais les causes et en ai trouvé. Mais l'état de stress engendré par les phobies est aussi à travailler. Je pense que si l'on dit que les phobiques sociaux ont des tendances à être plus dépressifs c'est parce qu'il y a un handicap en plus face à la dépression.

On rencontre tous dans la vie des soucis plus ou moins graves, ce qu'il faut, c'est être conscient de cette fragilité que l'on peut avoir pour se préparer.


Concernant l'alcool, c'est un sujet assez tabou. Je trouve qu'oser en parler peut aider quelquefois. Mon ancien psychiatre avait des patients agoraphobes qui ne sortaient jamais de chez eux sans avoir bu, et ce à n'importe quelle heure de la journée. Au lieu de voir cela comme une honte, il est intéressant de comprendre pourquoi et ainsi aller de l'avant.

Enfin, la médication (merci les médecins ^^) rajoutent à cela un soucis supplémentaire. Le cocktail "dépression alcool cachets" est assez courant. Là ce n'est pas la phobie qui est en cause mais surtout l'état dépressif.

L'objectif de ce post peut-être aussi une prévention car si nous sommes effectivement plus à même de faire une dépression, nous rencontrerons peut-être cet engrenage.

Mieux vaut prévenir que guérir
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les complications évolutives de la phobie   Lun 16 Aoû 2010 - 12:07

Coucou Pseudo!

Je comprends tout à fait de quoi tu veux parler même si je suis plutôt de l'avis d'Ombre me concernant.

Je ne bois pas d'alcool car je suis ultra-réactive à tout et que je ne supporterais pas l'état que ça engendre (pareil niveau perte de contrôle, j'aurais la sensation de déréaliser) et je n'ai jamais pris un médoc psy ( par conviction et aussi pour les raisons citées plus haut...)

Parler d'alcool et de médication qui sont des drogues "légales" me semble judicieux comme tu le dis en prévention. Parce que souvent cela s'accompagne de honte et que la honte crée le tabou. Mais justement, ne faudrait-il pas aussi parler du cannabis qui détend et désinhibe en public, permet à certains de tenir et d'affronter les émotions négatives de la dépression et de la peur?

Car cachets, alcool, cannabis, détendent sur le très court terme et ravagent parfois sur le long (comme tu le dis quand la médication commence à se faire quand on augmente les doses de soi-même). Ils rajoutent une addiction sur les problèmes déjà présents: phobie, dépression...

Je sais que j'ai tendance à fumer beaucoup trop pour ma part, et que je n'arrive pas à diminuer, surtout depuis que je ressors quotidiennement. C'est une béquille nocive, je ne vais pas le nier.

Je trouverais aussi intéressant de parler des complications de la phobie dans notre vie en général:
* impossibilité de travailler ou de travailler dans un domaine épanouissant, un domaine choisi...;
* précarité financière et sociale;
* dépendance (financière, "logistique"...) aux proches;
* complications dans les rapport avec l'entourage;
* perte des amis...
Etc... etc...

Revenir en haut Aller en bas
tout-doucement-
Agora' fan
Agora' fan


Féminin
Nombre de messages : 713
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Re: Les complications évolutives de la phobie   Lun 24 Jan 2011 - 1:00

Je n'ai pas fais les tests parce que j'ai peur des résultats...


Mais je sais que une grande fatigue et un terrain fertile en agoraphobie ont fait de moi ce que je suis aujourd'hui.

Mon agoraphobie a bien sur des répercussions , des complications évolutives comme tu dis mais rien d'auto destructeur.
Je ne suis pas médicamentée et je refuse de boire... les répercussions sont plus de l'ordre familial professionnel et social.

Plus de boulot, une vie sociale en hibernation et c'est come si j'avais été rétrogradée au sein de ma famille...

life goes on comme on dit!
:)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les complications évolutives de la phobie   Ven 28 Jan 2011 - 12:51

Je ne pense pas avoir deja eté en dépression.
Je bois plutot rarement mais par gout, j'adore le champagne :-) Je ne me suis jamais pris de cuite, je ne veux pas perdre le controle.
J'ai effectivement svt lu que les phobiques sociaux et ago buvaient pour pouvoir affronter le monde.

Quant aux medocs, j'ai refusé pdt 15 ans d'en prendre mais je m'y suis resolue y'a donc un an quand je faisais des crises d'angoisse atroces chez moi et que j'ai cru devenir completement folle. Je prends donc du deroxat, prescit par mon generaliste (qui ne me connaissait pas à cette epoque et me pensait depressive car je pleurais dans son cabinet , tres dur pour moi d'y aller tt simplement)
Mon psychiatre, que je vois comme psychanalyste, dit que je n'ai pas besoin de ce medoc et refuse de me renouveller mon ordonnance. J'ai egalement eu du xanax, j'en prends peu, genre 2 par mois mais ca me rassure enorement d'en avoir . Je dois etre dependante à mon xanax oui ! Ca me rassure vraiment d'en avoir, comme j'ai archi peur d'avoir à nouveau des angoisses, je me dis là que si j'en ai une, je pourrai vite la calmer avec un xanax et qu'ainsi je ne deviendrai pas folle.
Je dois aussi avoir une dependante psy avec le deroxat car je refuse de l'arreter , j'ai regagné tellement de liberté depuis que je prends.... mais comme j'ai commencé la psy en meme temps, je ne suis pas certaine que le medoc' me "soigne" tant que ca , c'est le probleme pour moi de savoir si mon "mieux etre" vient du deroxat ou du travail psy. je ne saurai jamais ....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les complications évolutives de la phobie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les complications évolutives de la phobie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les complications évolutives de la phobie
» La phobie scolaire: phobie sociale des enfants (2/3 des cas)
» Phobie sociale et peur de l'abandon
» Phobie & Relations amoureuses
» La phobie sociale au Japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide :: Agoraforum :: Forum Psychologie-
Sauter vers: