Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Points de vue sur la T.C.C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Points de vue sur la T.C.C.   Sam 3 Avr 2010 - 17:05

Merci Audrey,

Ton post me touche beaucoup...

Ce que je vais écrire n'engage que moi et n'est que ma vision des choses. Je ne juge absolument pas les autres points de vu que je trouve aussi légitimes que le miens.

Pour continuer ta parabole sur la voile, je vais considérer que le vent est la phobie, le bateau est l'autonomie et le port est le lieu référent.

En voile, il y a trois états; sans, avec ou trop de vent. Je vois la phobie comme étant celle où il y a trop de vent.

Lorsque nous somme confronté à la phobie, nous restons bien planqués dans le port au mouillage. Mais c'est dommage de ne pas sortir se régaler à bord de ce beau voilier.

Je n'aime pas la T.C.C. pour cette raison car il s'agit de sortir coute que coute qu'il y ait beaucoup de vent jusqu'à la tempête. Alors, quelquefois cela fonctionne et nous rentrons au port à peu près satisfait de la sortie mais, d'innombrable fois, nous rentrons avec une frustration plus ou moins grande. En effet, pour sortir du port, il faut minimum trois heures de préparation jusqu'à sa sortie (anticipation) et il y a les fois où nous montons les voiles mais les rentrons dans un délai plus ou moins variable car le bateau force trop et cela devient ingérable alors nous rentrons un peu dépité par cette sortie infructueuse et puis, il y a les fois ou à peine sortie du port, il y a cette impossibilité de sortir les voiles et nous faisons demi tour avec cette frustration d'avoir gâché tout ce temps pour rien et, petit à petit, se dépassionner de la voile et rester au port bien à l'abri. Je trouve cela bien laborieux.

Je crois plus en la technique psychanalytique qui consiste à étudier la météo, prendre en considération les aptitudes du bateau, tenter des sorties (expositions) en fonction de tous ces paramètres et finalement, réussir ses sorties dans 80% des cas. Et puis, il arrive un jour où nous devenons un expert et nous arrivons à réussir toutes nos sorties. A partir de ce jour là, les rares fois où nous subissons un échec n'ont plus d'importance car nous sommes assez forts et sûr de nous pour ne plus être perturbés (eh oui, je crois que la phobie peut disparaitre du jour au lendemain et prendre quelques temps pour que l'on s'en aperçoive au même titre qu'elle est apparu soudainement de façon handicapante).

Alors, bien sur, je crois aux expos mais je crois encore plus en l'analyse du blocage qui a fait apparaitre la phobie et par conséquent qui peut nous amener à découvrir le processus qui va débloquer cette même phobie.

De toutes façon, que ce soit une technique ou une autre en fonction de la sensibilité de chacun, ce n'est pas un long fleuve tranquille et il faut du courage pour avancer. Ce qui nous apporte, dans tous les cas, une force et une maturité bien méritée par les efforts fournis.

"Aux Sombres Héros de l'Amer"
Christophe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Dim 4 Avr 2010 - 8:06

Coucou à tous,

Christophe, j'espère que tu vas bien, malgré le grand vent qui fait voguer ton bateau...
Je comprends tout ce que tu as écrit plus haut, c'est une belle comparaison, mais c'est dommage que dans la TCC, tu parles de frustration. Je pense pas qu'il faille voir les expos non réussies comme des échecs. Je vais t'expliquer pourquoi (mon point de vue encore une fois qui n'engage que moi)
Actuellement, je suis en train de réfléchir pour monter (avec une psy) un projet associatif pour aider les agos de ma ville/villes alentours. La première chose que je ferai avec eux, c'est leur expliquer qu'il y a un contrat à passer, et à signer. Nous ferons ensemble des expositions à la peur, rendez-vous fixés à l'avance dans un premier temps, donc anticipation, et ce régulièrement, minimum une fois par semaine. Ce contrat assure de sorties faites, ou non faites, mais toujours anticipés donc, et essayées au moins. C'est le contrat! Même si l'on ne parvient pas à faire la sortie, ça fait partie du lot, car sinon, on serait pas malade si on y arrivait en un seul coup, ce serait trop génial et assez facile. Bien sûr, on le sait qu'il y aura des sorties évitées, d'autres essayées et faites à un dixième, et d'autres réussies, mais plus on en fait, plus le cerveau comprend qu'il ne s'est rien passé de mal, et que le fait même d'oser finalement n'engage pas la vie ni la folie etc. Bref, ces sorties que tu décris comme frustrantes, elles font aussi partie de la guérison. Elles sont aussi dans le lot qu'on prend avec l'ago. Donc faut les voir avec le positif, c'est-à-dire réussir à dire à l'ago que la prochaine fois, ce sera une autre sortie différente, et que celle-ci aussi, on verra ce qu'elle donnera.
Moi non plus, je n'ai pas réussi tout de suite mes expos, il y a eu des évitements, des crises et tout ce qu'on connait mais ça permet de se dire "Ben zut, j'suis encore en vie, même si je suis sortie de chez moi (fallait aller à 10kms mais je suis déjà allée à 100m sans mourir)

Voilà ma façon de voir les choses.
Je t'embrasse.
Bonne continuation à vous tous que je lis aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Dim 4 Avr 2010 - 11:32

bonjour à tous!

je suis d'accord avec la vision de hiel (même si dans mon cas il s'agit de phobie sociale et non d'ago).
j'ai fait 2 ans et demi de thérapie analytique qui m'ont permis de me libérer en parlant de choses très difficiles mais qui ne m'ont pas vraiment aidée par rapport à la phobie sociale. au contraire, avec le recul je trouve que ça me poussait encore plus à me centrer sur moi, mes problèmes, mon passé, à me considérer comme une "victime", au lieu de chercher à aller vers les autres, à m'investir dans des projets.
avec la TCC ce que j'aime c'est qu'on se concentre sur les projets actuels, le présent, on est plus dans l'action, et puis les expos "responsabilisent" aussi : en gros c'est "si je veux me sortir de ma phobie c'est à moi de me bouger, et ces efforts personne pourra les faire à ma place", ce côté responsabilisant permet de moins se considérer comme une"victime" (de son histoire, de la société...) et de regagner en estime de soi.
j'ai arrêté ma thérapie analytique l'année dernière pour faire une TCC et c'est à partir de ce moment que j'ai bien progressé (même s'il rste encore beaucoup d'efforts faire!). pourtant, athanor, avant de faire la TCC je pensais comme toi mais j'ai fini par réaliser que la guérison miracle du style "j'ai compris les problèmes et les souffrances enfouies en moi, donc du coup ma phobie s'envole comme par magie, je n'ai plus d'angoisses" même si ça fait rêver, c'est un mythe.
enfin pareil que les autres, ce point de vue n'engage que moi et chaque personne est unique donc chaque thérapie marche différemment mais voilà le point de vue que je donnerai selon mon expérience.

bonne fin de we à tous!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Dim 4 Avr 2010 - 15:35

Je ne parlerais pas à la place d'Athanor, mais je vais juste donner mon point de vue.

J'ai fait une thérapie pnl/sophro qui ne m'a absolument pas placée en tant que victime mais remis enfin en actrice de ma vie.Désormais j'ai les outils pour m'écouter et me soutenir, même si ce n'est pas facile tous les jours. J'ai donc grâce à ça enlevé bon nombre de déprime et de stress, et du coup j'ai beaucoup moins de symptômes qu'avant déjà car j'ai réussi à les accepter, les regarder etc... Je me suis dit allant tellement mieux, me sentant tellement épanouie mais ne bougeant toujours pas plus, que j'allais entamer une TCC, cela me paraissait concret et motivant.

J'ai pourtant arrêté au bout de 4 séances. Des choses me servent- description de la panique, le fait de savoir scientifiquement que je ne tomberai pas, que ça redescend en 40 minutes etc... Mais honnêtement je trouve qu'on ne creuse pas assez. La phobie arrive à cause de peurs, de croyances qui nous handicapent, elle provient de l'inconscient, de l'esprit mais comme on ne se serait (c'est mon avis) jamais penché sur nos angoisses ou nos envies, le corps nous bloque pour nous forcer à regarder cette coupe émotionnelle qui déborde.

Je suis d'accord avec Hiel sur les sorties manquées qui ne sont pas à considérer comme des échecs. Je l'ai beaucoup travaillé, je l'accepte en théorie, essaye de me le rappeler mais je ne crois pas qu'il faille enjoliver les choses et nier nos ressentis négatifs. Je suis sortie ce matin -je m'étalerai dessus plus tard- et malgré le pas énorme fait en avant j'ai paniqué et je me suis pas dit tout de suite "ce que tu as réussi à faire est cool" non, ce que j'ai ressenti, la première phrase qui m'est venue est "ben c'est pas gagné". Les perceptions négatives font partie de la vie, moi je positive ok, mais je n'ignore pas les désespoirs ou abattements en moi. Positiver lorsqu'on fait 100 mètres au lieu des 10 km de prévu, franchement c'est un TRAVAIL et en tous cas, ce n'est absolument ni spontané ni naturel.

Enfin, j'ai ce point commun sûrement avec Christophe, j'ai un mauvais rapport à la hiérarchie, ce qui veut dire qu'en gros, je fais de mon mieux MON travail, et j'ai pas envie que quelqu'un me donne des exercices que je commente tous les 15 jours avec lui. Je pense que la TCC convient à beaucoup de personnes, ne serait-ce que parce qu'elle donne un cadre, des espoirs, qu'il y a un protocole et un soutien. Pourtant Liliana, quand tu parles de responsabiliser les gens je trouve ça étrange. Car prendre sa vie en main, ses responsabilités à mon sens cela se fait seul (je parle en connaissance de cause car c'est une de mes principales difficultés)...

Je suis très dérangée par le fait de résumer la phobie à une mauvaise connexion du cerveau, apprendre au cerveau que etc... etc... comme Hiel et beaucoup le répétez souvent... car ce me paraît tellement être la surface du problème. Ok on peut prendre la panique comme un souci purement mécanique mais j'ai beaucoup de mal avec cette espèce de bourrage de crâne. Je préfère de loin la maieutique de Platon, l'"accouchement" de ce qui est dans la personne, le soutien, l'apprentissage afin qu'elle puisse puiser dans ses ressources elle même, devenir autonome et responsable et petit à petit sans ses différentes béquilles-psy, médocs et autres. La phobie est quotidiennement handicapante, techniquement c'est génial d'apprendre à la maîtriser. Mais elle est aussi le seul moyen qu'à un moment on ait trouvé pour se protéger, et la résumer à du technique c'est risquer de perdre une carapace sans avoir pu se donner de la sécurité et une protection d'une manière qui nous convienne et nous laisse libre.

Pour le coup je pense donc comme Christophe, je ne crois pas à une guérison TOTALE de la panique par le seul biais de la Tcc, car pour moi une guérison totale ne signifie pas moins ou presque plus paniquer car j'aurais appris que je peux me gérer, mais bien de retrouver un naturel en moi-en sachant que je peux vivre des choses qui comme pour chaque humain feront que j'aurai angoisse, stress ou panique. Je ne compte pas retrouver ma jambe d'avant l'ago (car je serai différente et sûrement mieux je l'espère), mais je ne veux pas non plus vivre avec un plâtre toute ma vie, et la tcc utilisée seule revient à ça pour moi.

Le psy aide à s'autonomiser comme le ferait un parent, il offre des outils mais ne bourre pas le crâne. Résumer notre souffrance à l'idée que le cerveau doit comprendre qu'il n'y a pas de danger me semble un raccourci qui à force en deviendrait un contresens. Pendant des années des peurs se sont ancrées et débattues en nous jusqu'à déclencher des attaques de paniques et réduire nos angoisses et terreurs morales profondes à une mauvaise utilisation du cerveau me semble étonnant. Même si vous allez me dire qu'en tcc on analyse un peu.. oui, un peu. Sauf que pour les exercices on prend en compte nos peurs de la moindre à la plus violente, on prend en compte le phobique qui est en nous, mais pas vraiment la personne (identité, passé, sensibilité etc...)

Enfin, le dernier problème de la TCC qui vraiment là me dépasse, c'est d'aborder les sorties en terme d'expo. Du coup Liliana, là on reste malade et victime. Une sortie est une sortie, une expo est autre chose, c'est le phobique qui part s'exposer alors que nous sommes des êtres humains qui parfois s'entraînons c'est vrai mais on sort, on essaye de dépasser sa timidité en proposant un ciné à des copains etc... Pour moi une expo, c'est retourner un jour au musée Pompidou à Paris, pas aller acheter mon pain. Se dire je fais des expo, c'est rester profondément dans sa phobie, voir par son angle à elle. Je le répète souvent, car les mots sont fondamentaux, je ne suis pas agoraphobe, je souffre d'agoraphobie.

Les séances de Tcc réconfortent car on avance dans le quotidien, mais en restant un phobique et c'est là tout le paradoxe du contrat proposé par Hiel: on doit positiver un ratage ce qui revient à minimiser voir étouffer le problème ou plutôt les émotions négatives ressenties sur le coup, comme si on était "normaux" mais dans le même temps, on s'expose, on a un contrat, des exercices... donc on reste des phobiques au quotidien, car on ne sort pas, on s'expose donc quelque part on se jette dans la gueule du loup et s'il y a gueule du loup, alors, il y a danger??? C'est la limite ultime de la tcc et des protocoles, on résume une souffrance à son symptôme, la panique, on se fixe sur ce symptôme pour le faire disparaître, ok mais on utilise une contrevérité de départ (la panique n'est pas le problème mais la surface même si c'est ce qui handicape le plus) qui nous enferme au final dans le cercle qu'on essaye de combattre.

Je suis désolée et confuse d'autant de longueur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Dim 4 Avr 2010 - 16:24

Coucou!!

Je vais pas faire aussi long que Lilie, lol
mais je tenais à donner mon point de vue sur le sujet qui rejoint Lilie et Christophe.

J'ai essayé beaucoup de thérapies différentes, j'ai vu des professionnels differemment qualifiés, sans aucun résultat sur ma phobie sociale, qui provoquait donc beaucoup d'ago et de déprime.

Au final, deux personnes de la famille qui ont eu d'énormes problèmes aussi, m'ont conseillé de suivre une thérapie plus accès sur l'analyse psychanalytique en dernier recours, qui les a beaucoup changé au bout de plusieurs années.
Donc malgré le desespoir, j'ai tenté de reprendre contact avec un psy qui avait cette approche, et même après que je ne voyais aucun résultat positif, j'ai continué car on m'avait bien dit qu'il fallait beaucoup de temps généralement pour "débloquer" les choses, et surtout dans mon cas "faire confiance" en la thérapie et le psy.

J'ai finis par voir du résultat au bout de deux ans, mais ça a changé ma vie. Je suis largement moins ago, j'arrive à faire de grosses expos, parfois à franchir des étapes comme un travail, du boulot. Je vais à mon rythme, mais j'analyse vraiment les choses à fond, pour parvenir à comprendre et à me connaître moi-même.

C'est très long, mais efficace. Il ne faut parfois pas s'arrêter à un ou deux ans malheureusement, mais après, on est vraiment guéri, et pas seulement en "surface". Je pense que la tcc peut aider, mais les mécanismes de défense, les peurs, les évènements traumatiques ne seront jamais compris et acceptés entièrement, et donc je pense que les problèmes ont plus de chance de réapparaitre plus tard.

Je préfère passer une partie de ma vie à progresser comme je l'entends, de moi même, à analyser les choses en profondeur pour ensuite trouver vraiment "une paix intérieure" et une bonne compréhension de moi-même.

Faire les choses à fonds maintenant pour être mieux après tout au long de ma vie.

Voilà, après ça dépend de chaque individu, de son vécu je pense.
Mais moi, après deux ans d'analyse psychanalytique, j'ai vu des changements énormes et j'en vois encore, surtout dans l'ago et mes relations sociales.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 5 Avr 2010 - 17:16

Coucou à tous,

En te lisant Lilie, je n'étais pas du tout en désaccord avec toi. Même d'accord avec toi. En effet, ce que propose une TCC, ce n'est en rien une guérison. Bien sûr qu'il faut aussi savoir pourquoi on a basculé, pourquoi on a peur, de quoi, d'où c'est venu et comment. Bien sur que faire une TCC mécaniquement ne servirait à rien C'est exactement ce que je m'efforce à faire. Je suis AMP de formation et mon travail, c'est exactement ça: prendre en compte le passé, le caractère de la personne, écouter son désir, ses envies pour arriver à un but: le bien-être. Peu importe le chemin ni les moyens d'y parvenir, du moment que l'objectif est rempli. C'est pareil pour ce que je veux proposer. Ce n'est pas moi qui dicterais les exercices mais bel et bien la personne aidée, pour qu'elle soit maître de son action.

Bien évidemment, je ne peux aider complètement une personne si par ailleurs, elle n'a pas déjà travaillé sur son passé, fait cette démarche analytique.

Par contre, quand tu dis que toi, tu souffres d'agoraphobie, moi, je n'ai pas de problème pour affirmer que j'étais bien agoraphobe. Je n'étais plus du tout moi-même, je ne savais d'ailleurs pas qui j'étais, donc être agoraphobe était certes un état passager, mais qui dura tout de même quelques années.
Je souffrais d'agoraphobie oui, mais bien plus. Je n'étais plus qu'agoraphobe, dans la mesure où je perdais mon caractère, mon identité, ma liberté, je n'avais plus rien.

Pour mon projet, j'espère pouvoir juste être un pilier sur lequel la personne aidée pourra s'appuyer pour affronter. Là encore, je rejoins ce que je disais déjà: chaque sortie faite pour ma part à mes débuts étaient bel et bien des expos puisqu'aucun plaisir, aucune satisfaction dans la mesure où c'est forcément avoir mal, se déchirer un peu, se forcer. Je ne pouvais pas sortir de chez moi sans avoir mal, physiquement, moralement, psychologiquement. Donc le côté "horrible "des expos transpire bien dans les débuts, c'est un passage obligé. Si j'étais restée chez moi à me protéger sans sortir, encore une fois, je n'aurai pas progressé. C'est juste mon vécu, mais il diffère selon le degré de la maladie et le ressenti aussi. Voilà pour ces petits détails que je voulais éclaircir.
Sinon, je suis en parfait accord avec tout ce que tu dis si bien plus haut!

Bien à toi, à très bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 5 Avr 2010 - 20:53

Salut à toutes et à tous,

Je trouve ce post très riche et je me suis régalé de lire les différentes interventions et particulièrement celle de Lilie que je trouve très riche et pertinente.

Salut Liliana, rassures toi, je ne crois pas du tout en la magie mais beaucoup plus en la réflexion et je pense que ta phrase "j'ai compris les problèmes et les souffrances enfouies en moi, donc du coup ma phobie s'envole comme par magie, je n'ai plus d'angoisses" même si ça fait rêver, c'est un mythe" est un peu trop affirmative.

En effet, j'ai fait une TCC puis une psychanalyse. Ma psychanalyse m'a fait comprendre la source de mes angoisses et lorsque je ne suis pas en contact avec la source, mon agoraphobie disparait quasiment totalement. Je m'excuse de ne pas développer plus pour des raisons d'ordre privé...

Je continue maintenant avec une Thérapie "tri-focale" (alliant TCC, analyse et prescriptions psychiatriques) pour pouvoir vivre sans anxiété handicapante au contact de ma source.

Il faut quand même bien prendre en compte que la TCC est née de Psychologues Américains qui on repris les travaux du russe Ivan Pavlov et de ses fameux chiens en affirmant qu'il suffit de se conditionner pour contrer uniquement les symptômes sans prendre en compte la dimension humaine.

Ce qui nie totalement la Psychanalyse bien plus ancienne.

Alors, deux choses me viennent à l'esprit.

Nier les travaux de Freud, Lacan, Young, ... me parait bien présomptueux tant la psychanalyse est utile pour prendre confiance en soi, se développer en accord avec son introspection et améliorer grandement son confort de vie.

Je trouve dangereux de se fier uniquement au conditionnement qui permet d'affronter et de calmer des symptômes mais qui ne pend pas en compte la compréhension de celui ci.

Heureusement, de plus en plus de Psy puisent leurs expériences et exercent en utilisant un mélange de toutes les techniques qu'elles soient Psychanalytiques, Analytiques, Comportementales ou Cognitives.

Finalement, je suis confiant en pensant que tous les êtres humains, quel qu'ils soient, sont névrosés. D'ailleurs, Lacan a déclaré à propos de la plus belle émotion qui puisse nous arriver : "L'amour est la rencontre de deux névroses".

Próxima Estación : Esperanza !!!
Christophe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 5 Avr 2010 - 22:38

J'entends bien Hiel lorsque tu me dit avoir été agoraphobe mais je ne peux pas le concevoir. Je suis restée plus de 7 ans dans un périmètre de 500 mètres -et seulement dans une direction. J'ai été très mal, emplie de symptômes etc... et je ne recommence à sortir que depuis peu. Mais je ne peux me résoudre à me résumer à ça. J'ai vécu pendant toutes ses années, j'ai aimé, j'ai créé, j'ai ri, tout ça au milieu d'une souffrance extrême mais qui ne résume pas celle que je suis mais plutôt la période que j'ai traversé et traverse encore. Je pense justement que l'ago est déjà suffisamment diminuante et handicapante pour ne pas lui laisser, même en idée, prendre la liberté qui nous reste: nous-même.

Ensuite, je pense que tu l'as compris ne serait-ce que par mon trajet personnel et ce que tu peux lire dans mes posts que je pense les sorties nécessaires à la guérison. Simplement je crois que dans le terme-même les expos nous réduisent à nous confronter juste à nos paniques alors que le terme de sortie nous permet de réouvrir les yeux sur les espaces, le monde et les gens. Oui c'est horrible les premiers temps, je suis en plein dedans. Mais il s'agit juste de sortir, ce qu'on faisait avant l'ago et je reste sur ma position: donner un terme spécifique pour une sortie, un terme médical, laisse la personne dans sa position d'ago et freine un peu l'envie de voir la chose naturellement (alors que c'est le but final de la série d'exercices).

Quant à Christophe, je suis entièrement d'accord avec ton analyse et je pense qu'on peut peut-être trouver une conclusion commune à tous (si Liliana est d'accord avec ça):

Il n'y a pas de baguette magique, de remède miracle. Chaque phobique doit se prendre en main car personne ne se confrontera à ses peurs à sa place. Aucune technique n'est complète et chacun doit donc en fonction de sa personnalité, de sa sensibilité et de ses objectifs, choisir différentes méthodes afin de l'accompagner vers le mieux-être et l'autonomie. L'analyse du pourquoi ainsi que les sorties sont des passages obligatoires, ainsi que de se donner du temps, de digestion, d'apprentissage.

Alors???
Revenir en haut Aller en bas
sat74
Super Administrateur
Super Administrateur
avatar

Nombre de messages : 150
Age : 36
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Mar 6 Avr 2010 - 6:08

Peu importe la thérapie du singe de l'ours avec la pose du canard.

Donc voilà vous avez mal à la tête avec vos symptômes ect...
Vous sortez de chez vous tranquillement façon de dire quand la foule apparaît et la une personne se met à vous regarder fixement vous lui faites un sourire ironique en le regardant quand tout d'un coup votre tête tourne à 380° et vous tombez par terre comme un.....!!

Vous vous relever et tout le monde se met à vous regarder et s'inquiète où ils pensent ceux qui veulent mais vous en avez rien à faire et vous repartez tranquillement comme si de rien n'était ainsi de suite.(c'est ce qu'il faut faire pour n'importe quelle sortie)



À savoir que l'anxiété à une phase de diminution après la sortie quand elle la atteint la limite dépassée.(ce qui veut dire après un certain temps vos symptômes diminueront et vous aurez beaucoup moins mal à la tête ect... et surtout de pouvoir anticipé les choses naturellement)

Edit:
Personne n'est mort d'une grosse attaque de panique(mais ça vous le savait très bien)
donc il y a rien à craindre juste le regard des gens.
un autre point que je voulais aborder c'est déjà d'avoir un but un objectif pour déjà avoir un niveau de système social(même si c'est un petit objectif) mais une fois cet objectif atteint il permettra à la personne une fierté intérieure et c'est ce qu'il faut faire ainsi de suite pour pas se laisser vivre sinon ça peut atteindre une vie entière(dans ce cas-là mieux vaut se faire hara-kiri)
voilà même si mes mots sont crus .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Mar 6 Avr 2010 - 19:57

Coucou à tous,

Je suis d'accord avec vous, c'est vrai que le fond, j'y adhère à 200%.
Le principal problème entre les gens est surtout un problème de mots, de compréhension. Ce qu'on met en mot sur une situation.
C'est vrai que je met les mots que je ressens sur les situations, et elles diffèrent des vôtres.

J'aime à penser les mots simples sur les choses vécues. Avant, je ne sortais pas, j'affrontais. C'est simple, mais c'était ça. Non, je ne faisais pas une sortie, car pour moi, une sortie, c'est plaisir, plein de choses en découlent...Donc c'était bien des expos. Mais je comprend tout-à-fait ce que tu veux dire Lilie. Alors pour ma part, ça m'a aussi aidé de voir les choses comme elles l'étaient. "Expo" réduit à la maladie, oui, mais quand un peu de sortie venait interférer entre deux expos, je pouvais considérer mes victoires, car justement, j'y voyais les nuances.
Et pour le terme agoraphobe, eh bien, je peux te dire que moi, je n'ai pas beaucoup su qui j'étais durant cette période, je me découvre depuis, d'ailleurs. Mon "moi" a été sérieusement amoché, mon caractère également malgré que je me battais. L'ago était bien plus forte que moi, il n'existait à certains moments plus du tout, c'est triste!

C'est ainsi que nous différons, juste dans les termes, me semble-t-il.
Je comprend et adhère aussi à ta conclusion, bien sûr, comment ne pas l'être?
J'tembrasse. Et vous autres aussi bien sûr!
Bonne soirée
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Mar 6 Avr 2010 - 22:52

Coucou à tous!!!

Moi je pense ne pas différer que dans les termes mais aussi dans des nuances (voir plus) d'idées... ce qui du reste ne me dérange pas car j'aime quand les avis divergent!!!
Par exemple Hiel, je comprends ce que tu écris ainsi que tu puisses le ressentir mais sincèrement je ne ressens pas les mêmes choses que toi-sur nos points de débat. Donc ce n'est pas faux mais en tous cas ce n'est pas ma vérité, ma réalité.

Bises à tous!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: TCC !!   Lun 23 Aoû 2010 - 11:59

Merci pour cet article complet et trés instructif.
Je pense que les thérapies comportementales et cognitives n'ont pas la même efficacité selon le type de phobie. En effet sur les phobies dites "simples" (peur des chiens par exemple), les résultats sont rapides et souvent définitifs.
Par contre pour les phobies dites "complexes" comme l'agoraphobie, pour obtenir de bon résultats, il faut beaucoup de patience et de perséverance. Mais le plus important est de trouver le bon thérapeute.
Toutefois, je pense que nous ne guérissons jamais complétement et que nous restons des agoraphobes. Nous apprenons à dompter nos peurs, à relativiser, à nous immerger dans les situations phobogènes, à vivre avec. Mais nous réagirons toujours différemment à des situations de stress qu'une personne non phobique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 23 Aoû 2010 - 12:20

Oui tu as raison, c'est pour ca si tu veux une approche complémentaire je te conseille l'article de Lilie sur les émotions :
http://agoraforum.positifforum.com/forum-psychologie-f29/connaitre-et-ressentir-nos-emotions-t2885.htm

ainsi que le lien suivant sur les phobies qui traitent aussi des limites de la TCC, et de l'importance à savoir ressentir nos émotions :
http://www.redpsy.com/infopsy/phobie.html

Bonne lecture Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Sam 28 Aoû 2010 - 21:22

Moi mon opinion personnel,

une thérapie (TCC) j'en es fais une qui m'a fait sortir et vaincre mes crises d'angoisse pendant 5 ans.Mais ensuite sans crier garer c'est revenu mais bien plus fort et bien plus intense.
Je suis devenu agoraphobe.

J'ai du une émission de télévision dont l'invité était Nathalie Jean une dame qui avait vécu l'agoraphie pendant 13 ans.Qui a voulu faire des études et tous sur le sujet.
Elle venait d'écrire un livre (Guérir de ses peurs).
J'ai les lu et relu mais il me restait des choses importante a guérir.
Alors j'ai vu son site internet et j'ai communiquer avec elle puis elle m'a offert les DVD.Je les ai acheté.

Cette méthode nous permet de faire face a chaque émotion qui est cacher derrière chaque peur.

Alors pour moi la méthode TCC nous fait avancé ,nous fait affronté mais nous ne savons pas quoi au juste.
Alors que la méthode avec Nathalie Jean nous permet de guérir a la source.Sa peut être long mais s'en en vaut la peine.

C'est mon vécu et mon opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: TCC   Lun 30 Aoû 2010 - 9:46

Bonjour,

Je pense que pour réussir une TCC il ne faut pas s'implement s'exposer aux situations phobogènes. Il faut aussi comprendre ses peurs et surtout modofier l'image que nous avons de notre environnement. En effet, une personne phobique aura tendance à dramatiser toutes situations stressantes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 30 Aoû 2010 - 10:34

Même si l'idée du principe de la T.C.C. paraît logique : je sors souvent, j'affronte et ainsi me prouve que le danger n'existe pas, en pratique...cela ne donne pas la même chose.
Bien sûr qu'il faut sortir, affronter mais cela ne suffit pas pour moi.
Si l'on sort pour affronter sans autre but...tout d'abord ça stresse l'idée de "je sors pour combattre" au lieu de sortir pour se faire plaisir car on a un truc qui nous intéresse à l'extérieur et en profiter pour travailler sur soi en faisant durer la sortie, en prenant son temps.

Le dialogue avec soi-même est aussi important. Cela ne sert pas vraiment en pleine crise de panique à l'extérieur de se bourrer le crâne en disant "ça va passer ça va passer" car même si la crise passe...on a pas su vraiment pourquoi la crise s'est déclenchée.

Trouver des situations passées qui peuvent expliquer nos peurs...d'accord mais après ? Ca m'avance à quoi ? A me prouver que mon ressenti est erroné ? Je le savais déjà...je fais des crises de panique. Je peux travailler sur la ou les causes si je veux mais pour m'informer ou comprendre le raisonnement qui m'a fait arriver à aujourd'hui. Pour ma part...juste pour savoir.

Ouvrir un dialogue avec soi même si l'on ne cherche pas forcément l'origine donne plutôt une analyse du ressenti de l'instant. Pour ma part je mets des mots ou écrit si je le peux : "je panique là, je suis mal mais qu'est-ce qui peut m'arriver ?" en répondant avec des mots à ma question je relativise : non je ne vais pas mourir...Ensuite je me demande toujours en formulant avec une phrase "et si je veux ne pas ressentir le danger à cet instant précis, que dois-je faire, que dois-je comprendre ?" et là généralement, je trouve des réponses pour agir, penser différemment.

En fait chaque technique que je découvre (T.C.C., thérapie par l'écrit, relaxation etc...) je les essaies dans leur idée ne connaissant pas tout en détail. Il s'avère que si une technique ne marche pas pour guérir elle apporte une approche, une façon de voir, des trucs utiles aussi. Alors je prends ce qui me parle dans les méthodes sans tourner le dos à 100% face à une thérapie qui ne guérit pas.

Si les thérapies (TCC) et psychanalytiques sont totalement différentes, je pense qu'elles peuvent être complémentaires.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 30 Aoû 2010 - 11:49

Tout à fait en accord avec toi. Belle démonstration. :uj)):
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 30 Aoû 2010 - 17:45

Pseudornotpseudo,

Je sais pas si c'est moi qui n'a pas compris mais d'après ce que je viens de lire sur ton opinion c'est que toi tu ne crois pas necessaire de ressentir l'émotion pendant une crise d'angoisse.??

Moi d'après ce que j'ai lu c'est vraiment le bon moment pour ressentir l'émotion qui se cache derrière la peur.

Parce que lorsqu'on est détendu aucune peur réel viens faut être dans le feu de l'action pour ressentir la vrai chose..La vrai peur n'est pas pas vraiment en lien avec l'endroit ou on l'a vit mais le sentiment oui!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 30 Aoû 2010 - 18:05

Bonjour nounou,

Je me suis peut être mal exprimée mais oui il est nécessaire de ressentir l'émotion. Ce que je ne veux pas trop creuser en détail c'est le côté "passé, historique de ma peur" pour ne pas me perdre surtout au moment de la panique. Et se focaliser sur l'émotion de l'instant est plus simple à faire que de ce dire "pourquoi, ça vient d'où de mon passé ?".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   Lun 30 Aoû 2010 - 18:06

Ha d'accord merci des explications!! :héhé:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Points de vue sur la T.C.C.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Points de vue sur la T.C.C.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint-Marc-sur-Mer (Loire-Atlantique) 7 à 10 points lumineux rouges
» 2009: le 17 /03 à 20h10 - 2 points lumineux se rejoignent/nevers (58)
» Points forts...
» Les points de Lagrange
» plusieurs points de vue interne = point de vue omniscient?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide :: Agoraforum :: Se Sortir de l'Agoraphobie et de la Phobie Sociale :: Cabinet médical-
Sauter vers: