Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AGORA-DOSSIERS: Dire non

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: AGORA-DOSSIERS: Dire non   Ven 20 Fév 2009 - 15:04



Le week-end arrive, plein d’une paresse prometteuse. Seulement voilà, coup de fil strident de votre mère qui s'invite à déjeuner, arrivée inopinée d'une copine qui vous sort de votre canapé pour une soirée pleine d'inconnus… Pourquoi est-il parfois si difficile de dire non? Vous ne voulez rien de tout cela et pourtant, une fois de plus, vous allez tout accepter.

Tout en vous maudissant intérieurement pour votre lâcheté et manque de courage. La crainte de déplaire, d'être rejeté(e), de ne plus être aimé(e), a une fois de plus triomphé. "Oser dire non, c'est savoir s'écouter, reconnaître ses désirs et ses envies, c'est s'affirmer et se respecter. Et cela s'apprend" affirme le docteur Marie Haddou, psychologue.

Dire non: Pourquoi est-ce si difficile?

Savoir dire non permet de prendre du champ par rapport aux innombrables sollicitations, aux demandes des autres, aux tentatives de capture qu’exerce très naturellement notre entourage. Pourquoi est-ce si difficile? Parce qu’en ne s’opposant pas on comble l’autre. La peur de blesser, de déplaire, d’être rejeté, est un moteur négatif puissant. Renvoyant peut-être à notre enfance où, quand nous avons dit non, nos parents n’ont pas su accueillir cette opposition et nous avons alors eu peur de perdre leur affection.

En grandissant, nous avons aussi appris qu’il n’est pas convenable de faire passer ses besoins avant ceux des autres.

Sauf que dire "non" n’est pas une marque d’égoïsme, mais paradoxalement, une preuve de respect. Cette attitude permet d’installer un rapport plus sain et plus créatif avec autrui et surtout, donne toute sa valeur aux " oui ".


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AGORA-DOSSIERS: Dire non   Lun 23 Fév 2009 - 12:41



Les hyperanxieux justifient leurs peurs en les raccrochant aux mauvaises nouvelles. Pour parer au danger, celui qui craint le pire redouble de précautions: éviter telle situation qui pourrait le faire angoisser, ne pas essayer pour ne pas échouer, ou ne pas aimer pour ne pas souffrir… Ce qu’il prend pour de la prudence ressemble davantage à un fonctionnement autopunitif.

"S’attendre au pire, c’est croire qu’on ne mérite pas mieux", résume le psychanalyste Moussa Nabati. Or, ce regard que l’on porte sur la vie détermine notre parcours, il agit comme un frein. L’anticipation négative incessante épuise le moi. "Elle gonfle à l’infini ses angoisses, l’affaiblit dans ses moyens".

Mais qui a peur? "Ce n’est pas l’adulte, c’est son enfant intérieur", assure le psychanalyste. S’il a autrefois été maltraité moralement ou physiquement, s’il a assisté à la souffrance de ses parents (chômage, disputes, alcoolisme…), il a absorbé une telle quantité d’angoisse qu’il la restitue, plus tard, en anticipant de nouvelles épreuves.

Dans son sens premier, le courage était une vertu guerrière. De nos jours, oser dire non sans colère, être capable d’affirmer son opinion sans violence dessinent une nouvelle forme d’audace, ce que l’on appelle "l’assertivité". C’est le "courage relationnel", prôné notamment dans les psychothérapies et qui se débarrasse de toute idée d’agressivité.

Dire non à un groupe, exprimer une opinion différente de ceux que l’on aime, résister au politiquement correct, sont devenus des actes héroïques dans une société qui multiplie l’information et exerce une pression de plus en plus grande sur l’individu. Il faut s’affirmer non seulement dans la relation à autrui mais aussi avec soi. Le courage implique toujours une lutte psychologique contre soi-même, un débat intérieur: "pour m’affirmer, je dois lutter contre mes peurs, ma timidité, revenir à une certaine maîtrise de moi"…

C’est là tout le thème des dépendances: il faut être capable de dire non à l’alcool, à tout ce qui nous empêche d’avancer, à nos mauvaises habitude, explique Michel Lacroix, philosophe. Reconnaître le caractère inadéquat de sa vie personnelle, les mauvais rapports avec son conjoint ou les choix erronés que l’on a fait suppose un travail de sincérité avec soi-même qui semble indissociable du courage. C’est d’ailleurs ce que l’on appelle "le travail sur soi".


Revenir en haut Aller en bas
 
AGORA-DOSSIERS: Dire non
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AGORA-DOSSIERS: CV et handicap
» AGORA-DOSSIERS: Relativiser
» Agora-dossiers informations médicales santé
» Agora-dossiers: Le coup de foudre
» Agora-dossiers: le cerveau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide :: Agoraforum :: Forum Psychologie-
Sauter vers: