Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La TCC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La TCC   Mer 5 Déc 2007 - 23:00

http://www.phobiques.com/La_Therapie_Comportementale_et_Cognitive.htm a écrit:

Les thérapeutes cognitivo-comportementalistes cherchent à modifier directement les comportements, afin de permettre au patient de se libérer rapidement des symptômes qui le font souffrir.

Confrontés à une phobie (par exemple l'impossibilité de prendre un ascenseur ou le métro) ou à des rituels obsessionnels (l'obligation de ranger ses affaires en permanence, de se laver les mains vingt fois par jour, de vérifier inlassablement si on a bien coupé le gaz), les psychothérapeutes adoptent une vision plus pragmatique.

Plutôt que de rechercher le sens de ces symptômes (ce que ferait un psychanalyste), ils vont les considérer comme des réponses apprises; ils vont donc aider le patient à " désapprendre " les comportements qui les gênent, et à en adopter d'autres qui permettent une vie plus normale.
Au delà de l'action sur les comportements, l'apport de la psychologie cognitive fait que l'on prend actuellement de plus en plus en compte les idées et les sentiments du patient, son univers intérieur.

Les thérapies comportementales n'apportent donc pas de réponse à un questionnement existentiel ou à une meilleure connaissance de soi-même ; elles vont aider ceux qui veulent soigner des symptômes qui les embarrassent et qu'ils peuvent isoler et décrire. Ce sont comme on l'a vu les phobies et les obsessions, mais également l'anxiété, les attaques de panique, la boulimie, les problèmes sexuels, voire certaines formes de dépression.

Des techniques pratiquées individuellement ou en groupe peuvent aussi aider les personnes souffrant d'une faible estime de soi ou d'une mauvaise image d'eux-mêmes.

Les comportementalistes analysent le plus précisément possible ce qui motive la demande d'aide du patient ; ils étudient la fréquence et l'intensité des symptômes, les circonstances dans lesquelles ils se produisent, les facteurs qui les modifient.
Quelles sont les réactions corporelles que provoque la situation angoissante ? Dans quelles circonstances les symptômes sont-ils apparus la première fois ? Quelles en sont les conséquences familiales, sociales, professionnelles ? Comment réagit l'entourage, la famille ?
A partir de toutes ces réponses va pouvoir s'élaborer un stratégie thérapeutique déterminée.


Le principe de la méthode


Une méthode est celle de la désensibilisation systématique
le plus important est d'apprendre au patient une méthode de relaxation ; le thérapeute suggère alors au patient en état de relaxation de raconter les scènes qui lui sont pénibles et il lui apprend progressivement à réduire son anxiété.
Dans l'exposition progressive graduée, le thérapeute peut prendre son patient par la main et l'accompagner, voire le précéder dans la situation réelle.

Beaucoup plus spectaculaire, une autre technique va consister, après une phase de préparation rigoureuse, à plonger le patient dans une situation d'angoisse maximale (prendre l'ascenseur jusqu'au sommet d'un building de 60 étages par exemple) : on parle alors d'immersion, d'implosion ou d'exposition prolongée. La présence rassurante du thérapeute est ici bien sûr indispensable !

Enfin, dans le jeu de rôle, le patient joue son comportement tel qu'il serait dans la vie réelle, le thérapeute jouant le personnage opposé.
La cognition signifie l'ensemble des sentiments, des émotions, des pensées, des images mentales que notre esprit fabrique lorsqu'un événement se produit ou va se produire.

A la suite d'un événement traumatisant du passé comme par exemple un deuil ou une séparation brutale, le sujet est en proie à un véritable monologue intérieur, à une rumination, à un flot continu de pensées qui donne une coloration émotionnelle à la réalité : tristesse, anxiété ou colère.

Ce monologue intérieur est devenu un véritable schéma mental, une image qui génère une émotion négative. Ces schémas sont stockés dans la mémoire. Ils sont activés automatiquement lorsqu'un événement équivalent va se présenter : par exemple lorsque le sujet doit affronter une séparation banale dans sa vie quotidienne.
Il se produit un véritable empiètement du passé dans le présent. Le sujet anticipe alors négativement ce qui va se passer, c'est-à-dire se met inconsciemment en situation d'angoisse et d'échec.
Il y a là un écart majeur entre la perception de la réalité et la réalité elle-même.
La thérapie va aider à comprendre comment ces pensées déclenchent et maintiennent les émotions et les comportements dont on souffre et comment on peut les modifier.

Quel type de praticien pour cette méthode ?

De nombreux praticiens, psychiatres et psychologues, réalisent aujourd'hui une synthèse des méthodes comportementales et des thérapies cognitives.
Ceci permet de structurer des traitements pendant une période relativement brève (généralement, six mois au cours d'une vingtaine de séances).
Ces thérapeutes exercent en cabinet ou en milieu hospitalier

Il existe ainsi des cliniques spécialisées dans la prise en charge du stress et de l'anxiété et deux sociétés nationales de thérapie comportementale qui peuvent apporter tous les renseignements nécessaires
.
C'est un peu sommaire, mais c'est pas mal

Praticiens pratiquant la TCC : Cliquez ici

Notre site décline toute responsabilité sur la valeur et le degré de compétence des praticiens mentionnés ci-dessus.
Nous vous conseillons vivement de vous assurer de la réalité de leurs diplômes, de leurs parcours avant de les consulter
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La TCC   Sam 8 Déc 2007 - 7:30

Coucou!

J'ai suivie une thérapie comportementale et cognive et j'avoue avoir progresser pour ma part.

Biz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La TCC   Sam 8 Déc 2007 - 22:20

Je suis tentée mais j'ai une trouille bleue.... :,;(:

On te faisait faire quoi par exemple Karen stp ? :emopeur:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La TCC   Dim 9 Déc 2007 - 1:41

Coucou!

Alors moi, j'ai suivie une TCC pour ma phobie sociale (toi c pour de l'agoraphobie, il me semble).

En faite, tu fais des shémas cognitifs et comportementales pour analyser des peurs et te faire comprendre qu'elles sont infondées.
Tu vas également faire une liste de tes peurs que tu devras numéroter de la plus simple à la plus difficile à faire pour toi. Ensuite, tu commenceras par essayer d'affronter la plus simple.

J'avoue que c très difficile, parfois on échoue ou on stagne, mais cela peut être très bénéfique. Quelle satisfaction quand tu arrives un peu à dépasser tes angoisses!

Je te souhaite bon courage.

Biz.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La TCC   Mer 3 Fév 2010 - 14:59

Je viens de commencer une TCC pour ma part et ma thérapeute m'a très bien expliqué tout le déroulement de la thérapie.
Je pense que tu n'as pas de craintes à avoir Pupuce, ces personnes savent te mettre en confiance.
Et puis, on ne commence pas par affronter ses peurs directement, il y a un grand travail préliminaire à effectuer et on ne commence que lorsque l'on se sent plus en confiance.
Ma thérapeute a su me rassurer. cingle0049
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La TCC   Mer 10 Fév 2010 - 23:15


En lisant le but de la therapie cognitivo comportementale .Je remarque que je n'ai pas pu et pas eu de reélle thérapie.
En fait j'ai mis douze ans à savoire que je souffre de phobie sociale sévére
Au bout de 2 ans je croyais que j'avais une déprime, je découvais à peine l'existance de ce mot.

Aprés ça été pour moi une Dépression nérveuse sans vraiment en connaitre le sens réelle.
Je suis passé par de simples médecins au psychyatres sans qu'ils décélent une phobie sociale ???????

Me laissant vivre comme ça au grès des vents, en reclu sans guide, sans assistance, sans comprendre pendant aussi longtemps.

A présent, je connais le nom de mon mal et j'en connais plus à chaque jours
J'arrive à remonter la pente :J'arrive à travailler,je peux sortir dehors presque quand je le veux.

Entamer une thérapie??? Comme toujours :J'aurai pas le temps, pas les moyens et pas assez de recul.

j'admire ceux qui se prennent en main et font toutes ces démarches pour avancer et s'en sortir.

Bon couraze et ze suis vraiment désolé de dérouler certaines vérités qui sont dures .

Byyyyyye.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La TCC   Mer 10 Fév 2010 - 23:23

En même temps, si tu peux sortir presque quand tu veux et travailler, si tu te sens de mieux en mieux tu n'as peut-être pas besoin ou envie d'une telle thérapie... J'aurais aimé m'en sortir seule mais j'ai eu besoin d'aide pour remonter (le début pour l'instant) la pente... Toi tu fais le travail seule en quelque sorte!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La TCC   

Revenir en haut Aller en bas
 
La TCC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Agoraphobie et Phobie Sociale - entraide :: Agoraforum :: Se Sortir de l'Agoraphobie et de la Phobie Sociale :: Cabinet médical-
Sauter vers: